3e Congrès Olfaction et Perspectives : l’olfaction décloisonnée !

Le Congrès Olfaction et Perspectives organisé par Cosmetic Valley aura lieu le 15 et 16 mars à Paris. Nez a le plaisir d’être le partenaire presse de l’événement.

Le Congrès Olfaction et Perspectives est un événement bi-annuel, organisé par la Cosmetic Valley et l’ISIPCA, qui, forts de leurs partenaires institutionnels – la Société française des parfumeurs, CCI Paris Île-de-France, Société française de cosmétologie pour n’en citer que quelques-uns-, entend explorer  les initiatives nouvelles liées à l’odorat, actuellement portées par différents champs de la recherche scientifique. Ces résonances interdisciplinaires entendent décloisonner la thématique olfactive de l’univers de la parfumerie, afin de l’inscrire dans une portée plus large, et ainsi en révéler la puissance et l’importance dans notre quotidien, mais également dans une polyphonie sociétale, médicale, alimentaire et technologique.

Le congrès est segmenté en trois sessions : la première étant consacré à « Fragrances, arômes et olfactions », la seconde à « Olfaction et santé » et enfin la dernière « Olfaction et XXIe siècle »

Une riche sélection de conférences y sera proposée : de la chimie et des sciences cognitives – volet qui sera abordé notamment avec la présence de Arnaud Aubert, Université de Tours, sur la thématique de « Olfactions et émotions : neurochimie et imaginaire » – à la modernité des recherches actuelles, grâce à l’intervention de Fatma Ayouni, Alpha Mos au sujet de « Heracles Neo : l’avenir du nez électronique » – en passant par la problématique de la réminiscence olfactive et de son appréhension dans le domaine médical de la psychiatrie en compagnie de Philippe Robert, CHU de Nice, avec « Place de l’olfaction dans l’évaluation et le traitement de troubles neuropsychiatriques ».

Nous avons eu le plaisir d’échanger quelques mots avec un des membres du Comité scientifique du Congrès, Mme Stéphanie Chambaron-Ginhac, psychologue de formation.

Nez : Chercheuse à L’INRA au sein du Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation dans l’équipe de recherche “Déterminants du comportement alimentaire au cours de la vie, relations avec la santé”, vous présentiez lors de la seconde édition du Congrès Olfaction et Perspectives” Comment les odeurs influencent-elles nos choix alimentaires, que pensez-vous de l’apport et la considération de la thématique olfactive dans le domaine de la psychologie ?

Stéphanie Chambaron-Ginhac : Pendant très longtemps, en France, la psychologie et les sciences de l’alimentation sont restées des disciplines cloisonnées. Il suffisait d’ouvrir un manuel de psychologie pour s’apercevoir qu’il y avait une partie traitant de la vision, de l’audition, de la kinesthésie mais rien sur l’olfaction (ou le goût). En miroir et de la même manière, en ouvrant un manuel d’analyse sensorielle, il n’y avait rien sur la psychologie.

Pourtant, il est évident que ces deux disciplines se complètent parfaitement et s’enrichissent mutuellement d’apports pratiques et théoriques. Pour ma part, je considère que la thématique olfactive a toute sa place dans la psychologie et j’en ai donc fait mon domaine de recherche en essayant de comprendre comment des odeurs non-attentivement perçues pouvaient modifier les comportements alimentaires et plus spécifiquement les choix chez des adultes et récemment chez des enfants.

Nez : Une attention toute particulière dans la programmation de cet évènement est consacrée à une approche transdisciplinaire, est-ce là une initiative qui se retrouve également dans la recherche scientifique ?

SC-G : La volonté du comité scientifique d’organisation du Congrès Olfaction et Perspectives a été d’apporter une vision transdisciplinaire afin de montrer que la question de l’olfaction pouvait être abordée selon différents points de vue et selon différentes disciplines. Actuellement, dans la recherche, de plus en plus d’approches trans/plurisplicinaires sont utilisées pour répondre à de grandes questions. Pour ma part, je pense que le fait de pouvoir croiser des points de vue théoriques, des méthodes est un apport considérable pour aborder une question de sciences.

Nez : – Cette perspective de dialogue est-elle ce qui fait la spécificité de ce congrès qui entreprend une discussion pertinente et pointue sur l’odorat ?

SC-G : A ma connaissance, en France, le Congrès Olfaction et Perspectives a cette singularité de permettre en effet un dialogue autour de l’olfaction entre spécialistes de différents domaines et industriels.

Nez : Une approche, un champ disciplinaire qui serait manquant ou du moins n’est point encore assez exploré lors de cet événement ?

SC-G :Rires ! Le Comité scientifique d’organisation a pourtant bien réfléchi pour essayer de couvrir un maximum de thèmes autour l’olfaction : santé, alimentation, nouvelles technologies. Nous pourrions peut-être penser, pour les prochaines éditions, à une thématique autour des odeurs sous des aspects plus culturels/ sociologiques. Il serait également intéressant d’avoir un apport sur les odeurs dans l’Art (théâtre olfactif, œuvres d’art odorisées, …)

Je suis persuadée qu’il nous reste encore plein de pistes à explorer pour enrichir le prochain programme !

3ème Congrès Olfaction & Perspectives
Les nouveaux champs d’application
15-16 Mars 2017
CCI Paris Île-de-France
6-8 av. de la Porte de Champerret

La programmation complète de cet événement est disponible à l’adresse suivante : http://events.cosmetic-valley.com/accueil-events/3eme-congres-olfaction-perspectives.php

 

Entretien avec Marlène Staiger et Philippe Dubost, coordinateurs du Mooc “Parfums : de l’art de sentir au marketing olfactif” (Isipca)

Entretien avec les créateurs du Mooc “Parfums : de l’art de sentir au marketing olfactif” de l’Isipca.

L’Isipca (Institut Supérieur International du Parfum, de la Cosmétique et de l’Aromatique alimentaire), propose un cours en ligne (ou Mooc) pour découvrir l’univers du parfum, sur la plate-forme Fun Mooc.

A l’origine de ce projet éducatif, Philippe Dubost, issu d’une école de commerce et qui  a suivi parallèlement une formation en histoire de l’art  à l’Ecole du Louvre et à l’Université Charles de Gaulle Lille, est accompagné de Marlène Staiger, spécialiste en olfaction/formulation, qui  a elle-même obtenu un diplôme en aromatique alimentaire à l’Isipca et a développé une activité de conseil pour la réalisation d’ambiance et de dispositifs olfactifs auprès des entreprises et des marques.

Ils ont bien voulu répondre à nos questions et nous en dire plus sur cette approche inédite dans le milieu de l’olfaction. 

 

En quoi consiste ce Mooc ? 

Philippe D.: “Parmi nos 5 sens, l’odorat est probablement celui qui est le plus inné, le moins connu et le moins aimé. L’expression “Je ne peux pas sentir cette personne” témoigne du caractère irrationnel de l’odorat, comme si ce dernier nous reléguait au rang d’animal. L’état des recherches actuelles met en lumière l’importance des odeurs et explique comment elles influencent notre comportement. C’est dans cette tendance que s’inscrit l’Isipca qui propose aujourd’hui un Mooc ouvert à tous, pédagogique et collaboratif qui tend à souligner l’importance des odeurs en soulignant les plus nobles qui sont incarnées par le parfum.”

Marlène S. : ” Ce Mooc est répartie sur 5 semaines et sera accessible sur la plateforme à partir du 31 octobre. Il représentera environ 3 heures de travail hebdomadaire pour l’apprenant et comprend plusieurs séquences :

Séquence 1 : SENTIR

Cette séquence permet d’aborder les notions principales liées à l’odorat et aux odeurs de manière générale : physiologie de l’odorat, méthodologie pour apprendre à  sentir, discerner les notes olfactives existantes, découvrir les matières premières essentielles et comprendre la manière dont elles ont été extraites. 

Séquence 2 : CONNAÎTRE

Il s’agit de plonger dans l’univers des fragrances en abordant l’histoire des parfums et de l’odorat, les techniques scientifiques qui leur sont associées, la classification des parfums ou encore leurs réactions sur notre peau.

Séquence 3 : CRÉER

Cette séquence abordera les notions qui sont en relation avec la créativité et l’inspiration, la part artistique du parfum, ainsi que son rapport aux arômes et/ou à la gastronomie.

Séquence 4 : VENDRE

Dans cette dernière partie, nous traitons des aspects marketing du parfum, de son flaconnage, des différents supports existants hors de la parfumerie fine, du positionnement des marques de niche dans notre industrie ou encore des créations olfactives au sens général.” 

Jean Michel Duriez

Qui est la cible d’un tel cours ? Doit-on déjà avoir des connaissances en parfumerie pour y prendre part ou est-il ouvert au plus grand nombre ?

Marlène S. : “Ce cours s’adresse à toute personne s’intéressant à l’univers de l’odorat et des parfums, curieuse et désireuse d’en apprendre davantage. Il s’adresse également aux étudiants, aux journalistes, aux personnes souhaitant se reconvertir ou tout simplement aux passionnés. Ce Mooc est ouvert au plus grand nombre et a été réalisé pour être abordable par tout le monde, cependant il est vrai qu’un minimum de notions en chimie et en biologie peuvent constituer un avantage dans la  compréhension de certaines parties.”

 

Obtient-on une certification ou un diplôme de l’Isipca à son issue ?

Marlène S. : “Tout à fait. À l’issue de ce Mooc, un prix du jury sera rendu à l’apprenant le plus assidu et il remportera  une participation à la summer school Isipca 2017.  Il y a également la possibilité d’avoir une certification officielle de l’Isipca en s’inscrivant à l’examen surveillé final.”

Philippe D. : “Ce prix du jury avoisine tout de même 3 200 euros et la Summer school dure 10 jours (2 semaines complètes).”

 

Comment vous est venue l’idée de créer ce Mooc ? Avez-vous eu des demandes particulières ?

Philippe D. : “Ce projet s’inscrit directement dans le prolongement du projet de French Touch destiné à promouvoir 4 écoles de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Ile-de-France (Ferrandi, Gobelins, la Fabrique et Isipca) reconnues pour la qualité et la réputation de leurs enseignements. Ces 4 écoles font de fait la promotion de savoir-faire très français et bénéficient d’une forte notoriété internationale dans leur secteur d’activité.
L’idée de réaliser un Mooc qui serait dédié à la parfumerie nous est apparue tout à fait pertinente afin de vulgariser et d’ouvrir les portes d’une corporation assez secrète et donc méconnue. Il y a quelques siècles encore, le parfum revêtait des vertus magiques. Il s’apparentait au poison, permettait d’établir un lien entre l’homme et ses dieux et écartait les maladies.”

 

Marlène S. : “Lorsque Philippe m’a proposé le projet j’ai tout de suite été emballée. J’ai un parcours professionnel plutôt atypique puisque je ne viens pas de l’univers des parfums à la base mais des arômes et j’ai eu la chance de travailler sur beaucoup de projet différents entre la science, l’art et les odeurs.

Piloter un cours en ligne sur les parfums pour l’Isipca c’était aussi une vraie opportunité d’enrichissement personnel qui s’est matérialisé par de très belles rencontres avec tous les intervenants du projet que j’ai sollicité et qui ont eu la gentillesse de donner de leur temps.
Il s’agissait d’élargir le dialogue et de donner une vision globale de ce que peut être notre industrie et le monde des parfums qui est vraiment très riche.
Dans mon entourage, lorsqu’on me demande ce que je fais, les personnes profanes sont toujours très étonnées  de découvrir des métiers qu’ils ne soupçonnaient même pas. Puis leur curiosité s’attise parce qu’au final, ils ont très peu d’informations sur l’odorat et sur les parfums à part l’image qu’ils se font de notre industrie à partir du livre de Suskind ou des campagnes publicitaires faites par les marques par exemple. C’est pourquoi je pense qu’il y a un vrai travail de fond à faire sur ce sujet.”

 

Cyrille Santerre - Isipca

 

Réfléchissez-vous à de possibles extensions de ce Mooc ou est-ce seulement un événement ponctuel ?  

Philippe D. : “Très franchement, à ce stade, nous  sommes incapables de mesurer l’impact et les retombées de cette opération en matière de notoriété. Nous espérons que ce Mooc permettra d’initier des vocations dans le domaine de la parfumerie, et d’orienter de nouveaux étudiants vers l’Isipca  et vers ses nouvelles formations qui ont reçu la certification RNCP en juillet 2016.

Ces nouvelles formations très professionnelles visent à renforcer le savoir-faire et les compétences de nos apprenants afin d’assurer leur intégration professionnelle.”

Propos recueillis le 27 septembre 2016

Début du cours: 31 octobre 2016
Date de fin d’inscription: 7 novembre
Lien vers le cours : https://www.fun-mooc.fr/courses/isipca/111001/session01/about