Toute l’équipe

Des journalistes, des scientifiques, des historiens, des sémiologues, des passionnés d’odeurs… et du parfum.

Pour le premier numéro de NEZ, nous avons voulu rassembler des auteurs de différents horizons, tous unis par la passion de l’olfaction et du parfum.

Rédactrice en chef : Jeanne Doré
Rédactrice en chef adjointe : Sarah Bouasse (Journaliste)
Consultant scientifique : Roland Salesse (Ingénieur agronome à l’INRA, Docteur ès Science, Auteur)

Rédacteurs

Denyse Beaulieu (Journaliste), Eléonore de Bonneval (Photo-Reporter, Projet “Anosmie, vivre sans odorat”), Eugénie Briot (Historienne du parfum, Maître de conférences, Université Paris-Est/Marne-la-Vallée), Pascale Caussat (Journaliste), Yohan Cervi (Expert Vintage), Cécile Clouet (Professeur Conservatoire de musique), Olivier R.P. David (Maître de Conférences HDR, Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Céline Ellena (Parfumeur), Juliette Faliu (Le Nez Bavard, Présidente de l’Olfactorama), Hirac Gurden (Directeur de recherches en neurosciences au CNRS), Clara Muller (Rédactrice Auparfum, Etudiante Ecole du Louvre), Patrice Revillard (blogueur, vice-Président de l’Olfactorama), Delphine de Swardt (Enseignante à l’Université Sorbonne Nouvelle, Spécialiste du langage olfactif), Guillaume Tesson (Journaliste), Alexis Toublanc (Rédacteur Auparfum, membre du bureau de l’Olfactorama), Léa Walter (Sémiologue).

Création graphique/Distribution/Relations presse : Atelier Marge / Editions Le Contrepoint
Mathieu Chevara
Marianne Ménager
Clément Charbonnier
Laurianne Mariette

Relations presse : Sidonie Mangin / Le Contrepoint

Directeur de la publication : Dominique Brunel

 

Jeanne Doré & Dominique Brunel

Petite bio dégradée des créateurs de NEZ.

Milieu des années 2000

Dominique n’a jamais trop su choisir ses parfums, il achète ce qu’on lui dit d’acheter et trouve que ça sent ce qu’on lui dit ce que ça sent.

Jeanne, quant à elle, trouve qu’on ne parle assez de parfum dans les médias, du moins pas avec un regard suffisamment indépendant.

Et puis, un beau jour du milieu des années 2000 (une autre façon de dire 2005), Jeanne parle à Dominique de l’idée d’écrire des critiques de parfums. A peine a-t-elle envoyé son mail qu’elle reçoit une réponse : « J’ai acheté le nom de domaine ! www.EauParfum.com n’est pas libre. Donc, ça s’appellera www.auparfum.com ». On a eu chaud.

Dominique a toujours aimé acheter des noms de domaine, il aurait pu en faire son métier. Et puis surtout il se dit : « Chouette, je vais enfin avoir de vrais conseils parfums.»  Jeanne, elle, pense : « Je me demande s’il va comprendre de quoi on parle. »

 

Milieu des années 2010

Dominique ne va plus trop dans les parfumeries, sauf quand il y est invité. Il reçoit les parfums à son bureau, par coursier. Il ne demande plus conseil. Maintenant, il fait semblant d’avoir un avis. Il ne dupe pas grand monde pour autant.

Jeanne a écrit un millier d’articles. On ne parle toujours (presque) pas de parfum dans les médias dits traditionnels. Mais elle s’est obstinée. Et au fil des ans, d’autres rédacteurs l’ont rejointe, pour des contributions plus ou moins régulières.

Et puis un jour, Dominique et Jeanne  se sont dit : 

« Ca y est. Nos lecteurs sont à point. Ils sont prêts pour du papier !
– AH ? et nous aussi ?!?
– Pas vraiment. Mais faisons-le quand même. On verra bien ! »

Et Dominique acheta le nom de domaine : www.nez-larevue.fr

(il n’avait pas vu que www.EauNez.com était libre… on a eu chaud)

Sarah Bouasse

Journaliste et blogueuse, Sarah explore, raconte et photographie l’univers du parfum qui la fascine depuis sa rencontre avec Jicky de Guerlain, vers l’âge de 5 ans.

IMG_5735-Modifier
© L. Sassiat

Sarah est journaliste, blogueuse parfum… et rédactrice en chef adjointe de NEZ.

Sarah Bouasse est née à Paris. À l’issue de ses études entre la Sorbonne Nouvelle et la London Metropolitan University, elle décroche un Master de journalisme en 2010.

Une poignée de stages (WAD, Elle, International Herald Tribune) et quelques beaux voyages plus tard, elle crée en 2012 le blog bilingue Flair pour explorer, raconter et photographier l’univers du parfum qui la fascine depuis sa rencontre avec Jicky de Guerlain, vers l’âge de 5 ans.

Ce qui lui plait tout particulièrement, c’est de discuter avec les acteurs de l’industrie, mais aussi avec les gens de la « vraie vie », afin de mieux comprendre le lien qu’ils entretiennent avec leurs deux narines au quotidien.

Journaliste pigiste, Sarah collabore régulièrement avec Grazia, LOpinion, Palace Costes ou encore French Revue de Modes.

Aujourd’hui rédactrice en chef adjointe de Nez, elle se plaît à œuvrer pour deux de choses qu’elle aime le plus : la presse papier et les odeurs. Et comme l’odeur du papier imprimé est l’une de ses préférées, autant vous dire qu’elle est comblée.

Site : www.flairflair.com
Twitter : www.twitter.com/FlairBlog

© L. Sassiat

 

Roland Salesse

Roland Salesse est Ingénieur Agronome et Docteur ès Sciences, Chargé de mission à la Culture Scientifique.

Roland Salesse est Ingénieur Agronome et Docteur ès Sciences, Chargé de mission à la Culture Scientifique

Recruté à l’INRA en 1971, Roland Salesse a travaillé pendant la première partie de sa carrière sur la réponse des gonades aux hormones hypophysaires (LH, FSH) qui président à la gamétogenèse.

Après avoir rejoint le Centre INRA de Jouy-en-Josas, Roland Salesse a créé, au fil des années 1990-2000, l’unité de Neurobiologie de l’Olfaction, qu’il a dirigée ensuite de 2001 à 2009. Cette unité travaille sur les mécanismes de la génération du message olfactif dans la cavité nasale et sur la modulation du message olfactif par l’état physiologique de l’animal, par exemple par l’état de faim ou de satiété. Les principaux résultats montrent que cette modulation s’exerce dès le niveau périphérique, et pas seulement central. Les études sur les récepteurs débouchent sur la conception de nouveaux nez-bioélectronique, associant récepteurs olfactifs biologiques et électronique-informatique de détection. Les applications potentielles vont du diagnostic médical à la surveillance environnementale.

Depuis 2009, Roland Salesse s’est intéressé au champ de la création artistique olfactive. A travers un programme de recherche financé par l’ANR (programme “Kôdô”, qui s’est terminé en mai 2014), il a travaillé sur la création de spectacles de théâtre olfactif, tant du côté des créateurs (comédiens, metteur en scène, parfumeurs) que sur le côté technique (techniques d’odorisation) et sur la réception par le public (enquêtes, interviews). Ces travaux suggèrent des conditions d’acceptabilité des “œuvres parfumées” pour le public. Le colloque final du programme Kôdô, organisé en mai 2014 à La Sorbonne (co-organisateur) a rassemblé un groupe scientifique et artistique autour de l’odorat qui permettra d’ouvrir de nouveaux champs des applications olfactives au croisement des sciences, des arts et de l’industrie.

Il a édité un livre scientifique de référence sur l’odorat (Odorat et Goût, Ed Quae, 2012) et un autre pour le grand public (Faut-il sentir bon pour séduire ?, Ed Quae, 2015).

En effet, Roland Salesse s’est toujours intéressé à la culture scientifique. Il participe à plusieurs entreprises de médiation : l’association S-cube (association de culture scientifique du Plateau de Saclay), la Semaine du Cerveau pour la Société des Neurosciences, et les journées annuelles “CNRS-Jeunes” au Futuroscope.

 

Denyse Beaulieu

Denyse Beaulieu est journaliste, écrivain, traductrice et bien sûr experte parfum !

denyse-beaulieu-1000
© V. Thibert

Québécoise de naissance, Parisienne d’adoption. Critique rock à Montréal en pleine vague punk.

Émigre à Paris dans les années 1980 pour faire un doctorat sur le marquis de Sade. Journaliste gonzo à Globe, puis rédactrice en chef de Bagatelle, premier magazine de charme destiné aux femmes.

En 2006, elle signe Sex Game Book, Histoire Culturelle de la Sexualité (Assouline).

Denyse se met au parfum en 2008 avec son blog Grain de Musc. Inspire le parfum Séville à l’aube (L’Artisan Parfumeur) à Bertrand Duchaufour, dont le développement forme le fil rouge de son ouvrage The Perfume Lover : A Personal history of scent (Collins, 2012), qu’elle adapte en français sous le titre de Parfums : Une histoire intime (Presses de la Cité, 2013).

Responsable des articles de fond sur le parfum à Citizen K International, elle signe également à Elle et dans divers périodiques canadiens. Chargée des séminaires Decoding Fragrance au London College of Fashion de 2009 à 2011, elle enseigne désormais l’histoire du parfum à l’École Internationale de Marketing du Luxe. Bilingue de naissance et menant donc une double vie, elle a également commis les traductions françaises de Cinquante Nuances de Grey et Cinquante Nuances plus claires chez JC Lattès, maison avec laquelle elle collabore depuis une quinzaine d’années.

Mais aussi du traité de politique postmarxiste Agonistiques de Chantal Mouffe, aux éditions de l’École des Beaux-Arts, pour laquelle elle traduit également (vers l’anglais) des catalogues d’exposition.

Site : www.graindemusc.blogspot.fr
Twitter : www.twitter.com/theperfumelover

© V. Thibert

 

 

Eléonore de Bonneval

Photo reporter indépendante basée à Londres depuis 2006, Eléonore de Bonneval est aussi « photographe des odeurs ».

2013-05-E.de.Bonneval-by-Lucas.CannistraciPhoto reporter indépendante basée à Londres depuis 2006, Eléonore de Bonneval est aussi « photographe des odeurs ». Diplômée en 2003 du Master MIPC de l’ISIPCA et en 2012 du Master en Photojournalisme du London College of Communication, Eléonore concilie ses deux passions pour le travail documentaire et les odeurs et réalise un travail de long cours sur l’odorat.

Fascinée par le pouvoir et le rôle du sens olfactif dans notre quotidien, elle conçoit l’exposition participative et interactive « Anosmie, vivre sans odorat ». Présentée à Londres pour la première fois en 2012, ce travail touche le public français en 2014. Accueillie au CHU de Bordeaux, cette exposition itinérante est présentée au Showroom de Kenzo Parfums à Paris dans le cadre de l’édition 2014 des Rives de la Beauté. En 2015, ce travail est exposé a l’Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes, Paris 5 et à l’Hôpital Nord-Ouest de Villefranche-sur-Saône jusqu’au 2 juillet 2016.

En novembre 2014, elle décline son travail et s’intéresse au pouvoir de réminiscence et émotionnel du sens olfactif, en présentant Le Sens Sentimental au Science Museum’s Dana Centre, Londres. Travaillant essentiellement sur des sujets de société et de santé, elle contribue activement aux publications londoniennes Hackney Citizen et East End Review. Son travail a aussi été publié dans The Guardian, le New Scientist, Arts Hebdo Media, Biba et Sud Ouest Magazine.

Site : www.upintheair.fr
Twitter : www.twitter.com/Edebonneval

Eugénie Briot

Responsable des programmes de l’École de Parfumerie Givaudan, Eugénie Briot s’intéresse aux problématiques liées au secteur de la parfumerie, tout particulièrement dans le rapport qu’il entretient avec son patrimoine et son histoire.

Photo Eugénie BriotResponsable des programmes de l’École de Parfumerie Givaudan, Eugénie Briot est maître de conférences à l’Université Paris-Est – Marne-la-Vallée membre de l’Institut de Recherche en Gestion.

Elle a consacré son Doctorat (CNAM) à la parfumerie française du XIXe siècle et s’intéresse plus largement aux problématiques spécifiques liées au secteur de la parfumerie, tout particulièrement dans le rapport qu’il entretient avec son patrimoine et son histoire.

Ses travaux ont été récompensés par plusieurs prix dont le prix CNRS-Observatoire Nivea. Parmi ses publications : La Fabrique des parfums, naissance d’une industrie de luxe, Marketing du luxe, Stratégies innovantes et nouvelles pratiques, « From Industry to Luxury : French perfume in the nineteenth century. »

 

Pascale Caussat

Rédactrice en chef adjointe de Cosmétique Mag de 2008 à 2013, Pascale est aujourd’hui journaliste indépendante. Elle écrit notamment sur le parfum, pour Le Journal du dimanche et Challenges.

Pascale Caussat
© R. Grman

« Comme beaucoup, j’ai voulu être journaliste parce que j’« aimais écrire » et puis j’ai persévéré parce que j’aime les gens. »

Diplômée du Centre de formation des journalistes promotion 1996, elle a débuté au service économie du Monde, où il fallait être sur le pont avant 7 heures du matin. Ça tombe bien, elle est matinale. Elle a continué à La Dépêche du Midi à Cahors, où elle a couvert plus d’une fête de village.

En 1998, elle est entrée à Stratégies où elle a commencé à suivre le monde merveilleux de la communication. De Philippe Starck à David Lynch en passant par l’affaire Kerviel, elle a croisé des fortes têtes.

Rédactrice en chef adjointe de Cosmétique Mag de 2008 à 2013, c’est là qu’elle a découvert les parfums et ceux qui les font.

Depuis deux ans, elle est journaliste indépendante principalement pour Le Journal du dimanche et Challenges, et quand les événements l’imposent pour le journal écossais The Sunday Herald. Elle écrit sur le parfum, le luxe, l’art de vivre, le « made in France » et tout cela se retrouve sur son blog, “Une bonne idée par jour”.

Site : www.unebonneideeparjour.wordpress.com
Twitter : www.twitter.com/pascale_caussat

© R. Grman

Yohan Cervi

Yohan est tombé amoureux du parfum à travers les grands classiques. Grand collectionneur, il est l’expert Vintage de la rédaction et d’Auparfum !

Yohan Cervi

Yohan, rédacteur pour la revue Nez et le magazine en ligne Auparfum.com, est spécialiste de l’histoire de la parfumerie moderne. Sa passion pour le parfum, qu’il entretient depuis la sortie de l’enfance, s’est nourrie à travers la découverte des grands classiques, car « ils nous racontent une histoire comme nul autre et sont souvent plus poétiques et inspirés que les créations actuelles. »

Yohan a acquis au cours des dernières années, plusieurs centaines de grands parfums dits « vintages », rares, souvent disparus, dans leur flacon d’origine et  olfactivement préservés.

Il organise régulièrement des conférences olfactives sur le sujet, afin de faire découvrir et sentir ces grands parfums anciens qui ont jalonné l’histoire du XXème siècle, en lien avec les évolutions sociales, économiques, artistiques, culturelles.

Il est cofondateur du laboratoire indépendant de créations de parfums Maelstrom.

Voir ses articles sur auparfum

Cécile Clouet

Parallèlement à sa carrière de musicienne, Cécile nourrit depuis toujours une passion pour les odeurs et la place qu’elles occupent dans notre vie.

Cecile Clouet

Cécile Clouet est musicienne de formation, formée notamment au Conservatoire de Paris puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon où elle obtient deux masters de flûte traversière et de pédagogie.

Elle a la chance de se produire en France et en Europe en tant que soliste, chambriste ou au sein de formations orchestrales (Orchestre Français des Jeunes, Opéra National de Lyon, Orchestre National de Lyon) sous la baguette de chefs prestigieux (J.C. Casadesus, G. Amy, L. Slatkin, J. Märkl).

Elle accorde une place primordiale à la transmission et enseigne actuellement la flûte traversière au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Blois.

Parallèlement à sa carrière de musicienne, Cécile nourrit depuis toujours une passion pour les odeurs et la place qu’elles occupent dans notre vie. Considérant les œuvres musicales ou parfumées comme d’égales expressions d’une sensibilité humaine, artistique, à même de toucher et transporter leur public, elle a rejoint en 2014 l’équipe de rédaction d’Auparfum.

C’est avec enthousiasme qu’elle met aujourd’hui sa plume au service de Nez.

Voir ses articles sur Auparfum