Concours Corpo35 : et les lauréats sont…

Pour la troisième édition de ce concours destiné aux jeunes parfumeurs, les candidats ont planché sur le thème de l’impressionnisme avec une matière première imposée : la rose de mai, ou rose centifolia. C’est Batiste Humeau, étudiant à l’Ecole supérieure du parfum, qui a remporté le 1er prix.

Depuis 2016, le concours Corpo35 permet à de jeunes parfumeurs de présenter leur création à un jury de professionnels du monde du parfum. Créé à l’initiative de Cécile Vialla, co-fondatrice avec son mari de la parfumerie 35 rue Damiette à Rouen, et de la marque Maison de parfum Berry, il a pour but de « diffuser la culture du parfum et faire éclore de nouveaux talents ».

Cette année, ce sont pas moins de 133 candidats et candidates de 20 nationalités qui ont postulé pour participer à la troisième édition du concours, organisée en partenariat avec Firmenich.

Armand de Villoutreys, Président, Parfumerie et Ingrédients – Firmenich

La maison de composition suisse a fourni les matières premières, et a permis aux participants de se rendre à Grasse assister à la cueillette et à la transformation de la rose de mai. Après un processus de création de six mois, le jury, présidé par la créatrice Dora Baghriche, a récompensé le 20 juin dernier cinq lauréats.

1er prix : Batiste Humeau avec Artis

Etudiant à l’Ecole supérieure du parfum, il a été primé pour son accord de rose centifolia et de cèdre Alaska, habillé de notes de menthe poivrée, miel, poivre de Sichuan et absolue vanille. « Une modernité et une technicité folles », s’est enthousiasmée Dora Baghriche.

2e prix : Fanny Ginolin avec Perception

L’étudiante en deuxième année du master Arômes Parfums et Cosmétiques de l’Université du Havre a ourlé sa rose de miel de Provence, un départ vert et frais contrastant avec des notes de fond plus animales.

3e prix : Mouna Chanaoui avec Caprifoglio nero

Cette dipômée de l’Isipca, désormais assistante parfumeur chez Atelier Fragranze Milano auprès de Luca Maffei, a travaillé la rose pour donner texture et volume à un bouquet de fleurs blanches dominé par le chèvrefeuille, aux nuances vanillées, lactées, et miellées.

4e prix : Valentin Navet avec Pétale sur la cime

Etudiant en Master Arômes, Parfums et Cosmétiques à l’Université du Havre, il a créé une rose orientale en l’associant au clearwood (un ingrédient évoquant un patchouli débarrassé de ses notes terreuses et moisies) et aux notes épicées du poivre de Sichuan.

5e prix : Saif Parvez avec Grace

Ce parfumeur junior chez Bell Flavors and Fragrances, passé par l’Isipca, a imaginé une rose ambrée et résineuse, annoncée par des notes fraîches d’agrumes et de menthe, et laissant un sillage de notes poudrées et musquées.

« Nous avons eu des candidats exceptionnels venus de tous les continents, des matières premières Firmenich magnifiques et un thème qui a permis de mettre en lumière la rose centifolia de Grasse », s’est réjouie Cécile Vialla lors de la remise des prix. 

Les cinq lauréats verront leurs parfums produits et commercialisés à la parfumerie 35 rue Damiette à Rouen et sur son site internet (85 euros/50 ml chaque, et 145 euros/100ml pour le vainqueur Artis)

Si vous voulez tenter votre chance pour l’édition 2020, il est encore temps de vous inscrire sur le site du concours : les candidatures sont ouvertes jusqu’au 30 septembre. Les participants auront cette fois pour mission de célébrer les « fleurs emblématiques du pays de Grasse ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *