Art & Olfaction Awards 2019, le palmarès

Hier soir a eu lieu la sixième édition des Art & Olfaction Awards organisée cette année à Amsterdam, par l’association américaine The Institute for Art and Olfaction. Palmarès.

Si Amsterdam nous a accueillis avec un petit rayon de soleil perçant à travers les gros nuages gris, il faisait bien frais à notre arrivée à l’intérieur de la Oude Kerk ( « vieille église ») où se tenait cette année la remise des prix. Mais la beauté de la plus ancienne église de la ville,  avec ses volumes impressionnants, son orgue baroque monumental, et ses vitraux multicolores nous a presque fait oublier la température le temps de la cérémonie.

L’orgue de Oude Kerk, Amsterdam

Saskia Wilson Brown a fondé The Institute for Art and Olfaction il y a sept ans pour promouvoir une parfumerie indépendante, artisanale et en lien avec des pratiques artistiques. Les Awards sont constitués de six remises de prix, dont un nouveau : les prix Independant, Artisan et Aftel récompensent des parfums ; le prix Sadakichi, un artiste pour son œuvre ; un prix est attribué à une personnalité pour sa contribution à la culture olfactive et enfin le nouveau prix Septimus Piesse récompense désormais une personne qui a fait preuve d’un esprit visionnaire dans sa démarche expérimentale ou créative, avec une portée internationale.

Pour être en compétition dans les catégories Independant et Artisan, les marques ou les parfumeurs doivent envoyer leurs échantillons à l’Institut, qui les transmettent ensuite aux membres des deux premiers jurys (quelques centaines d’échantillons pour chaque catégorie). Le sélection finale est ensuite évaluée par le jury final, et à l’issue de ce vote, deux gagnants ex-aequo par catégorie seront désignés.

Les jurys sont composés de parfumeurs, journalistes, blogueurs, artistes de pays divers. Toute évaluation est effectuée en aveugle, uniquement accompagnée de petits textes d’intention, rédigés par les marques, qui peuvent aider à arbitrer les choix.

Le prix Aftel, qui récompense un parfumeur artisanal qui ne fait appel à aucune autre structure externe, le prix Sadakichi et le prix Septimus Piesse sont chacun attribués par un comité spécial.

Et les vainqueurs sont….

Dans la catégorie Artisan, le premier à monter sur scène est le parfumeur allemand Sven Pritzkoleit, fondateur de la marque SP Parfums, pour Powder & Dust, co-créé avec la youtubeuse Yana Lysenko (Tommelise). Le parfum joue sur des accords cosmétiques et tendres de mimosa, violette, vanille avec des notes poudrées et fruitées, évoquant un rouge à lèvre.

Sven Pritzkoleit et Yana Lysenko, pour Powder & Dust

Le deuxième prix revient à Hiram Green pour Hyde, un parfum 100% naturel (comme toutes ses créations, par ailleurs d’une exécution remarquable). Un puissant accord fumé de bouleau, labdanum et cuir est associé à des notes florales et baumées, presque médicinales, dans une structure chyprée cuirée, avec beaucoup de complexité et de finesse, bien loin des mixtures d’huiles essentielles de certaines marques « naturelles ».

Hiram Green, pour Hyde

La categorie Indépendant a tout d’abord récompensé Colorado, une édition limitée d’American Perfumer, maison fondée par Dave Kern, qui a fait appel à Dawn Spencer Hurwitz, connue pour sa marque DSH, qui est elle aussi originaire de cet état. Elle a retranscrit l’idée d’une promenade en forêt aux milieux des conifères, avec des notes boisées de pin, cèdre, santal, résineuses, camphrées, balsamiques, crémeuses, dans une atmosphère naturaliste et réconfortante.

Dave Kern et Dawn Spencer Hurwitz pour Colorado

Le deuxième prix a été remis à Rich Mess, créé par Ryan Richmond, un directeur artistique et designer basé à Brooklyn, dont c’est le premier parfum, en collaboration avec la parfumeur Christophe Laudamiel. Du cuir enrobé dans un accord vert et lactonique de figue, rhubarbe, avec des accents crémeux et épicés fleur blanche. Explosif et réjouissant.

Christophe Laudamiel et Ryan Richmond pour Rich Mess

Le prix Mandy Aftel a été décerné à Maderas de Oriente Oscuro, créé par Paul Kiler pour sa marque PK Perfumes, et que je n’ai pas eu le plaisir de sentir.

Le prix Sadakichi a été remis à l’artiste brésilienne Josely Carvalho pour son œuvre Diary of Smells: Glass Ceiling, dont une partie a été présentée dans le septième numéro de Nez par Clara Muller. Elle a collaboré pour cette œuvre avec le parfumeur Leandro Petit de Givaudan.

Le prix de la contribution à la culture olfactive a été décerné à Sissel Tolaas pour l’ensemble de sa carrière. Cette dernière étant au Groenland en ce moment pour une recherche, c’est Judith Gross, (VP – marketing de la création et du design d’IFF –International Flavors & Fragrances) qui la représentait, la maison de composition américaine l’ayant soutenue dans ses projets depuis quinze ans. L’artiste norvégienne présente en ce moment à Berlin – où elle vit – l’exposition « 22 – Molecular Communication », jusqu’au 24 juin.

Enfin, le nouveau prix Septimus Piesse – du nom du parfumeur du XIXe siècle connu notamment pour ses recherches sur l’analogie entre musique et parfums – a été attribué à Frederik Duerinck, membre du collectif Polymorf (qui s’était déjà vu décerner le prix Sadakichi en 2015 pour Famous Deaths). L’artiste, cinéaste et designer néerlandais a récemment développé un projet d’intelligence artificielle appliquée à la création de parfum, baptisé « Alternate Realities », déjà présenté à New York, et qui sera exposé au Phi Center à Montréal de mai à septembre et en juin à Sheffield (Royaume-Uni). Ce dispositif interactif de parfumerie algorithmique permet de concevoir en direct une formule de parfum sur la base d’un questionnaire de personnalité et s’améliore sur la base du feedback des visiteurs.

Rendez-vous en 2020 pour la huitième édition des Awards, à Los Angeles, où nous aurons le plaisir de lancer le neuvième numéro de Nez… en anglais bien sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *