“Nous voulons transmettre un certain esprit de liberté” – Mélanie Mugnier, organisatrice de la Galerie olfactive à Grasse

Née dans une famille d’entrepreneurs et de publicitaires, grassoise de cœur, Mélanie Mugnier, s’installe dans la ville des parfums en 2015 où elle crée l’agence d’événementiel Nicom. Depuis, elle valorise le patrimoine, la création artistique et l’économie locale. Du 7 au 9 juin, elle organise un nouvel événement dédié au parfum de niche à Grasse : la Galerie olfactive. Rencontre.

 

Vous avez acquis l’ancienne maison d’arrêt de Grasse, pourriez-vous nous parler de ce lieu ?

En 2017, avec mon compagnon Grégory Routier, nous avons racheté ce bâtiment du XIXe siècle, fermé en 1992 et encore totalement “dans son jus”. Le lieu appartenait à l’État, notre projet a été retenu car nous avons toujours mis la dynamique artistique au cœur de notre projet de réhabilitation. Nous y accueillons des évènements déclinés sous forme de galerie : Galeries éphémères en 2017, Galerie olfactive en 2018…

 

Qu’entendez-vous par “Galerie olfactive” ?

C’est un événement qui se déroulera du 7 au 9 juin prochain. La Galerie olfactive mettra à l’honneur les marques de parfums de niche, une quarantaine d’entre elles auront leur propre cellule au sein de la prison. Dans ces cellules de 9 m2, ces marques pourront faire découvrir et vendre leurs produits. On y retrouvera entre autres Amouroud, Autour du Parfum, Elixir Création, Isabelle Burdel parfumeur créateur, Jeroboam, Jovoy, Neela Vermeire, L’Orchestre parfum, Rania J, Ulrich Lang New York, Perfumery Club Russia…

A quelques mètres de la prison, en plein centre ville, le palais des congrès de Grasse accueillera des écoles et formateurs de parfums : ASFO Grasse, Cinquième sens, l’ESP (École supérieure du parfum), l’Isipca (Institut supérieur international du parfum et de la cosmétique et de l’aromatique alimentaire), l’Université Côte d’Azur et certaines maisons de compositions et de matières premières de la région.

 

En quoi la Galerie olfactive sera-t-elle artistique ?

C’est un vrai parti pris. En plus de la présentation et de la découverte de parfums, nous avons souhaité voir les plantes réinvestir un lieu clos pendant des années et qui enfermait des gens. La partie centrale de la maison d’arrêt va être transformée en grande serre florale et olfactive, et l’ensemble de la structure va être végétalisée. Nous voulons transmettre un certain esprit de liberté trois jours durant.

 

 

Végétaliser une maison d’arrêt, c’est un vrai challenge. À qui avez-vous fait appel pour cette réalisation ?

Antonia Requena, fleuriste à Grasse et propriétaire de Fleurs d’azur s’occupe de la mise en œuvre artistique. Elle sera accompagnée par de jeunes en réinsertion d’un CAPA Jardinier Paysagiste du centre de formation continue de Grasse, l’AFC Asprocep. Nous nous procurerons les plantes auprès de La Pépinière des Aspres. Nous avons toutes les ressources nécessaires à Grasse et c’est la carte que nous souhaitons jouer.

 

A qui s’adresse cet événement ?

Le public est triple : le grand public est invité à découvrir les marques de niche mises à l’honneur et des parfums uniques, présélectionnés par notre conseillère artistique Véronique Wittling.

Les étudiants et lycéens de la région qui souhaitent en savoir davantage sur les opportunités de formation en parfumerie post-BAC. Les marques de niche qui ne sont pas originaires de la région et souhaitent entrer en relation avec un nouveau public. Elles pourront également rencontrer les sociétés de matières premières et les maisons de composition grassoises pour leurs futurs développements de parfum.

 

 

Après la Galerie olfactive, que va devenir ce lieu ?

Il y a un manque drastique de logements étudiants à Grasse or la mairie a encouragé l’implantation d’écoles de parfumerie. Foqual – le Master professionnel de Chimie de Nice – a une antenne ici, l’ESP va faire sa première rentrée en septembre prochain mais ils n’ont pas assez d’hébergements. Nous entreprendrons des travaux de transformation en septembre 2018 et proposerons une quarantaine de studios pour la rentrée scolaire 2019. Pendant les vacances scolaires d’été, le lieu accueillera des résidences d’artistes avec exposition à la clé… la Galerie va donc se décliner encore sous de nombreuses formes !

Informations pratiques

La Galerie olfactive
Du 7 au 9 juin, à Grasse

Programme sur www.nicom-international.com/galerie-olfactive

A noter : Nez sera présent lors de l’événement, pour présenter une sélection de parfums de niche. Tous nos livres seront bien sûr disponibles sur notre stand !

Photos : Eléonore de Bonneval

3 thoughts on ““Nous voulons transmettre un certain esprit de liberté” – Mélanie Mugnier, organisatrice de la Galerie olfactive à Grasse”

  1. Bonjour. Je souhaiterais avoir des renseignements sur les dates de cet événement voici mon adresse mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *